I am a believer – L’expo Pop Art à la Lenbachhaus

Affiche expo POP Munich
Ulrike Ottinger

Qui pense Pop Art, pense Andy Warhol, Roy Lichtenstein, boîtes de soupes et portraits colorés de Marylin Monroe façon bande dessinée. Mais ce courant artistique dépasse l’image joyeuse et désinvolte que l’on s’en fait. C’est ce que nous montre l’exposition “I am a believer” du 20 mars au 30 juin 2018 à la Lenbachhaus de Munich.

Le Pop Art : au delà d’Andy Wahrol

Pour bien comprendre l’exposition, il nous faut tout d’abord rappeler quelques basiques concernant le mouvement Pop Art.

Le Pop Art est né dans les années 50 parallèlement en Europe et aux Etats-Unis. Il s’oppose aux élites – et aux Beaux-Arts en particulier – en transformant les objets de la culture de masse d’après guerre (publicités, bandes-dessinées…) en oeuvres d’art. Le Pop Art est également appelé “Art Populaire – Popular Art”.

Les sources d’inspiration sont donc populaires (pauvreté, consommation de masse, guerre, anti-capitalisme…) et les techniques artistiques révolutionnaires. Les artistes du Pop Art utilisent entre autres, la sérigraphie, la superposition des éléments et les objets du quotidien pour faire des scultpures. Mais aussi la photographie qui n’était jusqu’alors pas considérée comme artistique.

Le Pop Art est donc assez difficile à segmenter en ce sens qu’il recouvre des inspirations et techniques très différentes au sein d’un même mouvement.

C’est pourquoi le visiteur de “I am a believer” pourra se sentir quelques peu surpris par certaines oeuvres exposées. Surpris ne voulant pas dire déçu, bien entendu.

Des artistes Pop Art à découvrir

On ne vous citera pas tous les artistes exposés à la Lenbachhaus mais voici en images certains d’entre-eux qui nous ont marqué.

L’artiste allemande Ulrike Ottinger, né en 1942 et toujours en vie, dénnonce la guerre au Vietnam d’un côté, le sexisme de l’autre.

Ulrike Ottinger

Stephen Shore a quant à lui photographié l’Amérique du Nord et le Canada lors d’un épisode de notre histoire moderne : la crise pétrolière, le Vietnam et le Watergate. Un road-trip qui montre des petites villes désertes teintées de mélancolie.

Stephen Shore

L’artiste autrichienne Maria Lassnigs, spécialiste de la peinture figurative, révèle la course du temps sur son corps de femme en se peignant elle-même nue dans des mises en scènes inattendues.

Maria Lassnigs

Que les fans se rassurent…

le Lenbachhaus n’a pas oublié le maître des maîtres et ils trouveront quelques sérigraphies d’Andy Warhol lors de leur visite. Comme les fameuses boîtes de soupes qui décrivent la société de consommation des 50-60′, les couleurs criardes de Neuschwanstein dépeignant l’exentrique personnalité de Louis II de Bavière ou encore Lénine “peint” juste avant la chute du Rideau de Fer.

Andy Warhol

Nous vous laissons le plaisir de découvrir d’autres oeuvres étonnantes parmi celles du photographe Walker Evans, Judith Hopf, Hannsjörg Voth, Helga Paris…

I am a beliver – Pop Art et Art Moderne – jusqu’au 30 juin 2018 à la Lenbachhaus. 12€ l’entrée (6€ tarif réduit).

En savoir plus sur le lieu :  Musée Lenbachhaus : galerie contemporaine et expressionniste

Aude Creveau

1 Commentaire
  • Laurence

    En écho avec votre article, une petite contribution après Pop Art ! Plasticienne engagée, j’ai réalisé une série de dessins intitulée « Pouvoir d’achat ». Absurdité et cynisme des mots utilisés pour l’étiquetage des barquettes de viandes. Cette série de dessins aux crayons de couleur reprend mot pour mot les étiquettes des communicants de l’agroalimentaire. Affligeant comment les slogans font avaler n’importe quoi …

    A découvrir : https://1011-art.blogspot.fr/p/dessein.html

Laisser un commentaire