Isarphilharmonie : laisser tomber la culture ? Pas question !

Interimsquartiere Gasteig; Halle E und Interims-Philharmonie, München Verhandlungsverfahren - 1. Preis Entwurf: Meinhard von Gerkan und Stephan Schütz mit Christian Hellmund Projektleitung: Michael Scholz Projektleitung (stellvertredend): Annette Löber Bauherr: Gasteig München GmbH, Bereich Wirtschaft und Finanzen - Rechnungsprüfung

Près du pont de Brudermühl, au numéro 8 de la Hans-Preissingerstrasse (HP8), se dressent l’Isarphilharmonie et les Interimsquartiere, doublures du Gasteig. En effet, le Gasteig se refait une beauté à partir de décembre 2021. Les travaux de rénovation, d’un budget de 450 millions d’euros, sont prévus pour 4-5 ans. En attendant, la ville de Munich s’est fixé un défi à la hauteur de ses valeurs. La culture étant un axe prioritaire, elle a choisi de poursuivre l’action culturelle du Gasteig et ce, dans d’autres bâtiments. Vivre à Munich a eu la chance de visiter le chantier pendant sa construction et vous invite à tester ce nouvel espace culturel dès le 8 octobre 2021 , date de l’inauguration publique de deux lieux majeurs : l’Isarphilharmonie et la Halle E.

Isarphilharmonie : un bien-être acoustiquement au top 

La nouvelle Isarphilharmonie devrait bientôt devenir the place to be pour les concerts de qualité internationale dispensés jusque-là par le Gasteig. La salle, accueillant 1.900 places, offre une ambiance recueillie. Ainsi le décor est entièrement noir mais réchauffé par des cloisons en bois, modulables, qui permettent d’adapter les concerts à la jauge des spectateurs attendus. Ce qui surprend est la proximité de la scène de 33 m de profondeur, en contact direct avec le public. Mais le top du top est l’acoustique, pour laquelle aucun compromis n’a été toléré. C’est en effet la même exigence de qualité qui conjugue les efforts de l’acousticien mondialement connu, Yasuhisa Toyota, en charge et du nouveau Gasteig et du Gasteig HP8.  

Isarphilharmonie avec présence du public pour test avant inauguration © Benedikt Feiten Gasteig GmbH

Gasteig HP8 : des bâtiments pour assurer l’intérim

L’idée de ce “Zwischengasteig” provisoire, est d’offrir les mêmes prestations qu’au Gasteig. Ce n’est pas rien quand on sait qu’il est fréquenté par quelque 6.000 visiteurs /jour ! Un budget de 70 Mio d’euros lui a été consacré dont 40 Mio pour la Philharmonie. Pour les bâtiments, le choix aurait pu se porter sur des préfabriqués. Mais c’est un véritable chantier de création qui a vu le jour, en plein corona. Situé de l’autre côté de l’usine SWM (StadtsWerke München), un ancien transformateur, classé monument historique, a été réhabilité. Il héberge désormais la Halle E, qui devient ainsi le lieu de vie, d’échanges et de circulation du public. Plusieurs autres bâtiments sont en construction. Mise à part la Halle E, tous sont démontables.

Lebendige Halle E beim Test © Benedikt Feiten Gasteig GmbH
Halle E vivante pendant un test avec du public © Benedikt Feiten Gasteig GmbH

Halle E : l’énergie du lieu, influencé par l’art de la socialisation à la scandinave

Ce n’est peut-être pas un hasard si cet ancien transformateur est désormais dédié aux échanges entre visiteurs. Des vibrations positives devraient ainsi émerger de cet espace ouvert avec des coursives et un dôme en verre, d’une lumineuse transparence. Passage obligé pour pénétrer dans l’Isarphilharmonie, il abritera son foyer, les guichets, la bibliothèque municipale, une petite salle de représentations type Blackbox, un café-lecture, des kiosques de restauration rapide…Les concepteurs espèrent voir évoluer des expérimentations, du co-culturel, une certaine forme participative de partage de la culture. On est curieux d’en faire l’expérience en vrai.

Hébergement du centre culturel et des institutions 

Après le 8 octobre seront inaugurés la bibliothèque, la Volkshochschule (université du temps libre) puis l’école de musique. La continuité de la culture est ainsi assurée. Une nouvelle forme de partage des connaissances, moins formelle, plus participative, devrait en émerger. Notre guide, Kathrin Metzner, nous confiait “on a le sentiment de construire quelque chose de très spécial“. 

Agnès Tondre et Laure Wilkinson

Laisser un commentaire