Lire à Munich : Les victorieuses

Les victorieuses couverture
Les victorieuses © Aurélie Tramier

Bientôt Noël ! Si, comme moi, vous vous creusez les méninges à la recherche du cadeau introuvable pour belle-maman, belle-mamie ou la cousine éloignée qui pointera son nez le 24 au soir, j’ai LA solution, Les victorieuses, de Laëtitia Colombani. C’est en effet l’une de mes plus marquantes idées de lecture du moment. Alors offrez, emballez, car c’est un sans-faute assuré.

L’auteur

Laëtitia Colombani, ce nom vous évoque sans doute quelque chose ! Vous savez, ce petit livre jaune et noir qui a envahi absolument toutes les librairies ces deux dernières années… Je veux parler, bien sûr, de La Tresse, son premier roman sorti en mai 2017 !

Mais saviez-vous qu’avant ce succès international, Laëtitia était dans le cinéma ? Elle fut scénariste, réalisatrice et comédienne. Et comme si cela ne suffisait pas, elle est aussi auteur de théâtre. La dame a de nombreuses cordes à son arc !

Les victorieuses

En mai 2019, notre talentueuse plume revient avec un opus qui prend aux tripes. J’avais gentiment aimé La tresse, mon cœur a vibré pour Les Victorieuses.

« Et toi, que vas-tu faire de ta vie ? » Cette question est au cœur du roman. L’auteur mélange avec brio fiction et réalité pour nous plonger dans une biographie bouleversante. Et moi, que vais-je faire de ma vie ? On ne peut refermer ce livre sans se poser la question…

L’ histoire

A 40 ans, Solène, avocate brillante, sombre dans le burn-out. La voilà qui se tourne, contrainte et forcée, vers le bénévolat pour tuer le trop-plein de temps et occuper son esprit. Elle, la sophistiquée, la surdiplômée, la super-active, découvre la lenteur du Palais de la Femme. C’est une sorte de citadelle, en plein Paris, qui recueille des femmes en grande difficulté.

Les époques alternent pour nous parler de Solène bien sûr, mais surtout de Blanche Peyron, fondatrice du foyer, éteinte il y a bien longtemps. Une plongée vertigineuse, bouleversante et captivante dans le destin extraordinaire d’une femme peu commune et pourtant oubliée. Le tout est servi par une plume journalistique, descriptive et lapidaire, qui va à l’essentiel.

On aimerait bien à notre tour pousser la porte du Palais de la Femme et toquer à l’une de ses 630 chambres… Car oui, la bonne nouvelle est qu’il existe encore.

Aurélie Tramier

“Les victorieuses”, de Laetitia Colombani, Grasset 2019, disponible à la Librairie Française de Munich ou sur Amazon.

Et si vous cherchez d’autres idées de lecture, suivez-moi sur Instagram et laissez-vous tenter par mon calendrier de l’Avent :  un jour, une idée de livre ! Vous connaissez déjà le numéro 1 !

https://www.instagram.com/aurelietramier_auteur/

 

 

 

Laisser un commentaire